La cigarette électronique est-elle nocive pour la santé ?

L’Organisation mondiale de la Santé est formel. La cigarette électronique est nocive pour la santé : c’est ce que révèle le dernier rapport sur le tabagisme dans le monde de l’OMS. Explications.

C’est la première fois, que les spécialistes-rédacteurs de cette étude consacrent un long chapitre à la vapoteuse. Et attention, les scientifiques sont unanimes  : Vapoter est certes moins dangereux que le tabagisme, mais ce n’est pas anodin et les risques sur  la santé sont à prendre très au sérieux. Le taux très élevé de nicotine contenu dans le produit provoque à terme des lésions irréversibles aux poumons, vessie et cœur des consommateurs. “La cigarette électronique contient moins de substances cancérogènes que la cigarette traditionnelle” peut-on lire dans le rapport. L’OMS alerte également  sur “la menace actuelle et réelle” que constitue la désinformation véhiculée par l’industrie du tabac sur les vapoteuses”.  Autre point important : Ce rapport émet également des doutes quand à l’efficacité de la cigarette électronique pour arrêter de fumer. Il précise : “Dans la plupart des pays où elle sont disponibles, les utilisateurs (d’e-cigarettes) continuent en général de fumer des cigarettes combustibles en même temps, ce qui présente très peu, voire aucun impact positif”.

Des conclusions qui ne font l’unanimité. En effet, pour Bertrand Dautzenberg, tabacologue et ancien pneumologue à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière (Paris). le E-Cigarette demeure “moins nocive que la cigarette “.  Pour lui, la cigarette électronique reste un bon moyen d’arrêter de fumer : “Je le constate lors de mes consultations. Je la conseille en compléments des traitements médicamenteux et cela fonctionne. Car si beaucoup de patients abandonnent les médicaments, une majorité continuent à vapoter, parce que cette solution de substitution leur convient mieux” détaille-t-il.

En France, l’e-cigarette est un vrai succès. Deux millions et demi d’adultes (âgés de 18 à 75 ans) l’utilisent selon  l’agence nationale Santé Publique. Depuis 2010, date de son introduction  sur le marché français, 700.000 fumeurs sont devenus vapoteurs et ont arrêté de fumer depuis plus de six mois. Six vapoteurs sur dix l’expérimentent pour arrêter la cigarette traditionnelle.  Seuls 30% réussissent à diminuer leur consommation de tabac.

Avéré ou discutable : le danger de la cigarette électronique fait débat. Certains  ont tranché. En 2020, la vente de cigarettes électroniques sera interdite à San Francisco.